Pôle Relais Zones Humides Tropicales
Janvier 2018
 
         RiZHOM
        Réseau d'informations des zones humides
             d'Outre-mer
 
 
  
"RiZHOM" est la newsletter élaborée par l'équipe du "Pôle Relais Zones Humides Tropicales", qui vous permet d'être au courant des dernières actualités sur les milieux humides, aussi bien au niveau de l'Outre-mer français qu' au niveau mondial.

N'hésitez pas à consulter et à liker notre page facebook pour avoir accès à l'intégralité de nos informations (rapports, offres d'emploi, sorties...).
Nous sommes également à votre disposition pour tout conseil, besoin d'expertise, recherche bibliographique...

Nous vous souhaitons une agréable lecture!                                     
Gaëlle & Lucas !  
 
 
Zoom sur....
Le crapaud buffle, un colosse aux pieds d’argile
     
Oui le crapaud buffle porte bien son nom, c’est un vrai bourrin (pardon pour le buffle !) Rhinella marina, de son doux nom latin, est originaire du continent sud américain mais a été introduit dans divers pays pour lutter contre la prolifération d’espèces dites « nuisibles » comme le hanneton de la canne à sucre ou même le rat dans la Caraïbe ! C’est l’un des plus gros crapauds du monde, et la taille et le poids records de cette espèce correspondent à peu près à ceux d’un nourrisson. Ayant une vie terrestre, il dépend néanmoins des zones humides pour pondre et se développer durant les premiers stades de sa vie.
 
Glouton, le crapaud buffle peut ingérer bon nombres d'inconscients passant à sa portée : rongeurs, oiseaux, chauves-souris... Sécrétant un poison mortel pour de nombreux animaux (nommé bufotoxine ou bufoténine) grâce à ses glandes parotoïdes situées à l’arrière des yeux, on a retrouvé cet animal dans le corps de nombreux reptiles en Australie, décédés suite à son ingestion.
 
Si son corps massif, recouvert de verrues, peut en rebuter plus d’un, R. marina possède pourtant certaines propriétés qui ont trouvé leur utilité chez les humains : la bufotoxine servirait d’aphrodisiaque au Japon, de psychotropes dans certaines tribus d’Amérique centrale, ou encore de produits médicinales. On l’a même utilisé pendant un temps comme test de grossesse... oui, vous avez bien lu !
 
Mais en dehors de son habitat d’origine, l’animal est devenu invasif, tuant ses prédateurs potentiels avec son corps « empoisonné ». Même ses petits, lorsqu’ils sont têtards, sont toxiques.
Mais comme chaque Goliath, ce grand costaud a un talon d’Achille : la fourmi Iridomyrmex purpureus mesurant à peine 2 mm. Insensible à son poison, ses attaques groupées peuvent venir à bout du vorace batracien.
 
 
A la une... JMZH 2018, c'est parti !
L'édition 2018 en quelques mots
Comme chaque année, la Journée mondiale des zones humides (JMZH) sera célébrée le 2 février, jour de l’anniversaire de l’adoption de la « Convention internationale sur la conservation et l’utilisation durable des zones humides », connue sous le nom de Convention de Ramsar - du nom de la ville d’Iran où elle fut signée le 2 février 1971.
Des actions partout dans le monde
Si le 2 février est reconnue « journée officielle », des animations pour fêter cet événement sont proposées tout au long du mois de février. Cette édition 2018 se déroulera du 27 janvier au 28 février, et aura pour thème "Les zones humides pour les villes de demain".
C’est alors l’occasion pour l’ensemble des acteurs des zones humides de se mobiliser afin de transmettre leur passion pour ces milieux exceptionnels et faire découvrir au grand public la richesse et l’importance de ces derniers.

Le programme en Outre-mer
Cette année encore, les acteurs des territoires ultramarins se sont mobilisés pour mettre en place un programme d’animations riches et variées. Coordonnées par le Pôle Relais Zones Humides Tropicales, ce sont plus d’une quarantaine d’activités qui seront ouvertes aux scolaires et grand public !
Sorties nature, activités culturelles, expositions, conférences débat, projections...mettent en lumière les atouts et les enjeux rencontrés sur les zones humides. 
Pour obtenir tous les détails sur les animations OM, c'est par ici !
 
 
Les « Solutions fondées sur la nature », késak’eau?
Vous n’êtes pas les seuls à vous poser cette question !
 
Les Solutions fondées sur la Nature désignent en fait des ACTIONS qui visent à protéger (ou gérer/restaurer) des écosystèmes soit naturels, soit modifiés par les humains. Ces actions de protection doivent être conduites dans le but affiché de relever les défis de société (notamment des catastrophes naturelles comme les inondations, cyclones, submersions etc.), mais elles doivent aussi, par le même coup, produire des bénéfices pour la biodiversité!
 
S'agissant d'un concept un peu difficile à saisir, l’UICN France s’est attaché à trouver des études de cas en France qui permettent d’illustrer le fait que ce n’est pas qu’une théorie d’intellectuel, mais une réalité - et que beaucoup font déjà des « Solutions fondées sur la Nature » sans même le savoir !  
 
En 2018, c’est sur l’eau que l’UICN France va se pencher, en identifiant des études de cas où des actions concrètes de protection de la biodiversité ont également permis de réduire des risques naturels liés à l’eau : inondation, sécheresse, érosion, ruissellement etc. Les territoires d’Outre-mer devraient être les meilleurs contributeurs sur ce sujet !
 
Vous avez un bel exemple en tête, qui pourrait être mis en avant ? N’hésitez plus une seconde ! Contactez Marine Benoiste, chargée de mission : marine.benoiste@uicn.fr et faites lui part de votre projet!
 
MERCI d'avance!
 
 
Les actualités marquantes
               Les microorganismes des cours d’eaux des zones urbanisées s’adaptent aux résidus des produits pharmaceutiques
Cette étude sonne comme un écho à la future Journée mondiale des zones humides attendue cette année à partir du 2 février. Son thème ? Des zones humides pour les villes de demain
L’écologue Emma Rossi, chercheuse au Cary Institute of Ecosystem Studies, montre dans une étude parue en janvier 2018, que les cours d’eau « urbains », où qui passent par des zones urbanisées, contribuent au développement de résistances de la part de microorganismes envers des produits pharmaceutiques. Lire la suite...
                                             
 
                      
CARICOMP, un réseau de stations de surveillance pour évaluer les changements à l’œuvre au niveau des écosystèmes marins et côtiers de la Caraïbe
Les chercheurs de diverses structures de recherches (instituts, universités,…) ont récemment publié un article dans la revue PLoS ONE intitulée « Widespread local chronic stressors in Caribbean coastal habitats ». Leur ambition était de fournir des informations sur les facteurs de « stress » permettant d’évaluer d’éventuels changements structurels en cours au niveau des écosystèmes marins côtiers de la Caraïbe.  Lire la suite...
                                             
 
                                 
Finalisation d’un vaste programme de cartographie des forêts des outre-mer
Un vaste programme de cartographie fine des forêts de certains territoires ultramarins a été opéré sous l’égide de l’Institut géographique national (IGN). Impulsé par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation (MAAF), chargé également de la forêt, le rendu de ce travail a été livré cette année, en mars 2017.  Lire la suite...
                                             
 
                                                  
              Étude en Sciences Humaines et Sociales sur l’Eau et les Milieux Aquatiques en Martinique 2016-2017: Les représentations et les pratiques associées aux mangroves de la Martinique 
"L'Étude en Sciences Humaines et Sociales sur l’Eau et les Milieux Aquatiques en Martinique" permet d’identifier les jeux d’acteurs, les freins et les leviers d’action nécessaires pour accompagner la mise en œuvre d’une politique efficace de gestion de l’eau et des milieux aquatiques.
Lire la suite...
 
    
                                                  
    
               
Les écosystèmes marins dans la régulation du climat
Cet ouvrage issu d'un collectif d'auteurs, et coordonné par le Fonds français pour l'environnement mondial (FFEM), évoque de nombreux éléments sur le couplage océan-atmosphère, son fonctionnement et ses évolutions probables.
Chaque chapitre, rédigé par des chercheurs spécialisés, aborde des écosystèmes marins côtiers et leurs services écosystémiques, aussi bien termes de régulation du climat que de productivité, etc. Ces derniers sont replacés dans le contexte du changement climatique et des impacts probables sur leur fonctionnement. Lire la suite...
 
    
                                                  
 
             
2018 déclarée “Année internationale pour les récifs coralliens”
Lors de la 31e Assemblée Générale (Novembre 2016 Paris, France), l’Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens (ICRI) a déclaré 2018 comme troisième année internationale des récifs coralliens (voir la recommandation en français, anglais, espagnol) et encourage à :
– Renforcer la sensibilisation à l’échelle mondiale sur la valeur [...]...
 Lire la suite...
 
 
A la découverte de....
... Julien CHALIFOUR, Responsable scientifique pour la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin.
 
Julien, en quelques mots, qui es-tu et d’où viens-tu ?
Originaire du Limousin, j’ai suivi des études appliquées spécialisées dans les domaines de la biologie des organismes marins, de l’écologie et la gestion de l’Environnement, m’ayant amené à obtenir un BTS en Génie des productions marines (aquaculture, aquariologie) et gestion des pêches, ainsi qu’un DESS de Développement local, Aménagement du territoire et Gestion des ressources naturelles en milieu tropical. A la suite de cette formation, j’ai travaillé dans le domaine de l’aquariologie, en tant qu’halieute pour le Comité Régional des Pêche de Guadeloupe, puis comme consultant pour un bureau d’étude spécialisé dans l’ingénierie en environnement marin, pour finalement être recruté par l’Association de Gestion de la Réserve Naturelle de Saint-Martin.
 
Quel poste occupes-tu actuellement à la réserve de St Martin et en quoi consiste-t-il ?
Depuis octobre 2011, j’occupe le poste de Responsable scientifique pour la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin. Je suis donc en charge d’accompagner et de conseiller le gestionnaire sur les aspects scientifiques pour la mise en œuvre d’une gestion adaptative contribuant à une conservation efficace des populations animales et végétales, patrimoine naturel de Saint-Martin.
 
 Lire la suite...
 
 
A consulter
Retrouvez dans cette rubrique les dernières entrées dans notre base documentaire. N'hésitez pas à vous rendre sur notre portail afin d’accéder au fonds documentaire thématique du Pôle-relais et y trouver des références scientifiques, techniques, juridiques et pédagogiques sur les zones humides littorales et continentales de l’Outre-mer français et de leurs zones biogéographiques.
 
 "Gestion des mangroves de Mayotte : Qui, quoi, pourquoi?" - Office national des forêts (ONF)  - 2017. Lien
 
"Mangroves as Protection from Storm Surges in Bangladesh"   - DASGUPTA Susmita ; ISLAM Md. Saiful ; HUQ Mainul ; KHAN Zahirul Huque ; HASIB Md. Raqubul - 2017.  Lien
 
"Concentrations and Fractionation of Carbon, Iron, Sulfur, Nitrogen and Phosphorus in Mangrove Sediments Along an Intertidal Gradient (Semi-Arid Climate, New Caledonia)  " -  DEBORDE Jonathan ; MARCHAND Cyril ; MOLNAR Nathalie ; DELLA PATRONA Luc ; MEZIANE Tarik - 2015.  Lien
 
"La restauration de la Mangrove : Bien plus que de planter des palétuviers" - Mangrove action project (MAP)   - 2017. Lien
 
"Intégrer les milieux humides dans l'aménagement urbain ; des valeurs à partager sur le territoire    " - Cerema  - 2015. Lien
 
"Hypothèses sur l’évolution de la végétation littorale des Petites Antilles depuis l'époque précolombienne : le cas de la Martinique  "JOSEPH Philippe  - 2006. Lien
 
"Mangroves Enhance Reef Fish Abundance at the Caribbean Regional Scale  " SERAFY Joseph E. ; SHIDELER Geoffrey S. ; ARAUJO Rafael J. ; NAGELKERKEN Ivan - 2015. Lien
   
"Le cycle de l'eau - dossier enseignant " Hydrô Réunion. Lien
 
 
"A Brief Account of the Mangroves of New Caledonia - Interim Report " - University of Queensland, Brisbane, QLD Australia - 2007. Lien
 
Coastal Wetland Ecosystems: The Example of Guadeloupe " DAHOME-DI RUGGIERO Michelle - 2016. Lien
 
Les écosystèmes marins dans la régulation du climat "Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) - 2015. Lien
 
 "Exposition des consommateurs des Antilles au chlordécone, résultats de l’étude Kannari  " - Agence national de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) - 2017. Lien
  
"Vers la ville perméable. Comment désimperméabiliser les sols ? "POUDEVIGNE Magali ; BILLON Virginie ; CHARRIER Gérôme ; POJER Katy - 2017. Lien
 
"Foraging habits of reef fishes associated with mangroves and seagrass beds in a Caribbean lagoon: A stable isotope approach "VASLET Amandine ; BOUCHON-NAVARO Yollande ; HARMELIN-VIVIEN Mireille ; LEPOINT Gilles ; LOUIS Max ; BOUCHON Claude  - 2015. Lien
 
"Distribution and drivers of global mangrove forest change, 1996-2010 "THOMAS Nathan ; LUCAS Richard ; BUNTING Peter ; HARDY Andrew ; ROSENQVIST Ake ; SIMARD Marc - 2016. Lien
 
 
En librairie prochainement
Découvrez le nouvel ouvrage « Mangrove. Une forêt dans la mer »
Savez-vous que les mangroves sont des puits de carbone qui absorbent de grandes quantités de CO2 ? Qu'elles peuvent servir de filtres ou d'éponges face aux pollutions humaines ? Cet écosystème complexe fait l'objet d'un ouvrage "Mangrove. Une forêt dans la mer", rédigé par des chercheurs issus des laboratoires du CNRS ou associés. Publié par le cherche midi, en partenariat avec le CNRS, ce livre grand public paraît le 2 février 2018 en librairie. Il nous invite à poser un regard nouveau sur cette forêt secrète, dont la préservation devient un enjeu écologique mondial.
Retrouvez toutes les informations sur cet ouvrage en cliquant ici !
 
 
Offres d'emploi
Associations, insitutions publiques, bureaux d'études...Si vous souhaitez que le pôle relais diffuse vos offres d'emploi, n'hésitez pas à les transmettre à gaelle.vandersarren@uicn.fr
 
        
Responsable d'Agence - H/F - Caraibes (Martinique)
Poste : CDI basé en Martinique à Schœlcher
Type de contrat : CDI Temps plein, à pourvoir dès que possible
Candidature (lettre de motivation + CV) à adresser à :
caraibes@biotope.fr et recrutement@biotope.fr (réf. : CA-MART-2018)
 
 
        
Chef de projets généraliste de l'environnement - H/F - Caraïbes
Poste : CDI basé en Martinique à Schœlcher
Prise de poste : à pourvoir dès que possible
Type de contrat : CDI Temps plein
Candidature (lettre de motivation + CV) à adresser à :
caraibes@biotope.fr et recrutement@biotope.fr (réf. : CP-GEN-MART-2018)
 
 
        
Chef du service patrimoine - Parc nationale de la Guadeloupe
Poste de catégorie A, ouvert aux fonctionnaires et contractuels.
Prise de poste : 1er avril 2018
Récéption des candidatures: avant le 16 février.
Candidature (lettre de motivation + CV) à adresser à :
 - maurice.anselme@guadeloupe-parcnational.fr
 - et mylene.musquet@guadeloupe-parcnational.fr
 
 
        
Un/une technicien/ne agricole en charge de l’animation des Mesures Agroenvironnementales et Climatiques (MAEC)
Poste à temps plein (39 heures)
Récéption des candidatures: avant le 04 février.
Candidature (lettre de motivation + CV) à adresser à :
 - p.hoarau@reserve-etangsaintpaul.fr
 
 
        
Technicien(ne) «chargé (e)de mission développement durable et suivi scientifique»
Par voie contractuelle ou statutaire
Cadre d’emplois des techniciens territoriaux
Récéption des candidatures: avant le 06 juin.
Candidature (lettre de motivation + CV) à adresser à :
 - p.hoarau@reserve-etangsaintpaul.fr
 
 
 
Vidéos
Le Parc amazonien de Guyane lance sa chaine YouTube ! 
C’est dans son année de festivité des 10 ans, à la veille des fêtes de fin d’année, que le Parc amazonien de Guyane offre au grand public, à la population guyanaise et à la communauté qui la suit à travers les réseaux sociaux une chaine vidéo YouTube. Environnement, art & artisanat, tourisme, évènements, vie quotidienne…
        
 
 
Le saviez-vous?
 
 
 
Les mangroves sont en première ligne des phénomènes amplifiés par les changements climatiques, cyclones et élévation du niveau marin. Ils sont largement mis à l’honneur dans les programmes visant à anticiper les impacts du changement climatique et limiter les risques sur les enjeux humains.
 
Mais ils sont rarement observés comme indicateurs du changement climatique. Or, voilà une espèce de palétuvier à distribution limitée qui pourrait bien nous intéresser.
 
Avicennia Schaueriana, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a une distribution essentiellement centrée en Atlantique au niveau du Brésil qui abrite 90 % de la population. Cette espèce est signalée entre le Surinam et le sud du Brésil ainsi que sur quelques stations des Petites Antilles. Il est encore relativement présent sur trois stations en Martinique (Baie du Trésor, Baie des anglais et Baie de Fort de France-Port Cohé), absent en Dominique, absent des îles de Saint Martin et Saint Barthelémy, et présent par quelques pieds isolés en Guadeloupe.
 
Il semble donc bien que les pieds observés en fleur ces derniers jours de janvier 2018 à Babin en Guadeloupe soient les plus septentrionaux de l’espèce. Si cette information se confirme, l’espèce pourrait bien servir d’indicateur de réchauffement, car sa dissémination est aisée et sa seule limite d’extension est climatique.
 
En attendant, si vous observez cette espèce, merci de la signaler (elle est considérée comme absence de Guyane également).
 
Merci à Alain PIBOT pour cette belle observation!
 
 
 
 
Merci d'avoir pris le temps de lire notre newsletter,
L'équipe du pôle relais
-
Pôle Relais Zones Humides Tropicales
Cité administrative de
Circonvallation, Rue Alexandre Buffon
97100 Basse Terre, Guadeloupe FWI
 
Contacts
La coordinatrice :
gaelle.vandersarren@uicn.fr, (0590) 590 81 81 29
 
Le chargé de mission documentation et information : l.teysseire@conservatoire-du-littoral.fr, (0590) 590 81 81 28
 
Retrouvez-nous sur facebook : Pôle relais zones humides tropicales