Lettre d'actualités EEE outre-mer - juillet 2018
 
Si le message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici pour voir la version en ligne
 
 
 Actualités outre-mer
 
 

LE CEB DE LA REUNION SE MOBILISE CONTRE LES ESPECES EXOTIQUES ENVAHISSANTES 

 
Une séance plénière du comité de l’eau et de la biodiversité de La Réunion (CEB) s’est déroulée le mercredi 27 juin et a notamment débattu du renforcement nécessaire de la lutte contre les espèces envahissantes.

Les membres ont souligné l’urgence de mobiliser l’ensemble de la société réunionnaise sur le sujet des espèces invasives, pour sauvegarder les milieux naturels de La Réunion.
 
Le CEB, créé il y a moins d’un an en application de la loi biodiversité de 2016, pour débattre des questions d’eau et de biodiversité au niveau local, souhaite se mobiliser tout particulièrement contre un fléau qui, outre des impacts économiques voire sanitaires, constitue la 1ère cause de perte de biodiversité de l’île. 
 
 
 

LA BIODIVERSITE DU PACIFIQUE AU SENAT

 
La délégation sénatoriale aux Outre-mer a organisé le 31 mai 2018, en partenariat avec l’Agence française pour la biodiversité, un colloque sur la biodiversité du Pacifique.

Le colloque a réuni une centaine de participants du monde politique, institutionnels, associatifs, de la recherche et de la société civile. Une quinzaine d’invités originaires de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française et de Wallis-et-Futuna sont venus présenter leurs actions en faveur de la préservation de la biodiversité.

Trois tables rondes ont été organisées et la gestion des espèces exotiques envahissantes figurait parmi les sujets abordés. Trois cas concrets ont été présentés:

– Le projet d’éradication du Rat du pacifique sur l’îlot de Beautemps-Beaupré (Nouvelle-Calédonie) ;
– La lutte contre la Fourmi folle jaune sur l’Îlot de Manui dans l’archipel des Gambier ;
– La lutte contre le Miconia en Polynésie française.
 
Pour en savoir plus:
 
 

SURVEILLER LA MANGROVE DE POLYNESIE FRANCAISE


L’espèce de palétuvier Rhizophora stylosa, naturellement absente de la Polynésie française, a été introduite à Moorea en 1933 à des fins économiques. Cette espèce s’est depuis largement propagée non seulement à Moorea, mais également sur 5 autres îles de l’archipel.
 
Afin de déterminer si on assiste ou non à un remplacement des écosystèmes littoraux endémiques (« submangroves ») par de la mangrove, la Fédération des Associations de Protection de l’Environnement de Polynésie française (FAPE) et l’Université de Nantes vont conduire une étude d’analyse spatiale. 
 
Le projet "Surveillons la mangrove de Polynésie française ensemble", a été désigné parmi les lauréats de "Mon projet pour la planète" 2018. 
 
 
 

LES LAPINS : PRINCIPAUX AGENTS DE CHANGEMENT ECOLOGIQUE SUR KERGUELEN


Pour la première fois, l’histoire détaillée de l’introduction d’un mammifère a pu être reconstituée en l’absence d’observation directe.
 
Une étude publiée dans Science Advances par une équipe internationale composée de chercheurs du CNRS et des universités de Milan, Savoie Mont-Blanc, Grenoble Alpes et Bergen qui a étudié l’ADN contenu dans des sédiments de lac montre que l’introduction du Lapin à Kerguelen a provoqué en quelques années une profonde mutation du couvert végétal et une intense crise érosive.
 
Si le niveau d’érosion s’est depuis stabilisé, le paysage actuel est en grande partie hérité de cette perturbation, montrant que l’introduction d’espèces dans des milieux isolés provoque des changements à la fois rapides et durables.
 
 
 

LA TORTUE VERTE CONTRIBUE A L'EXPANSION D'HALOPHILA STIPULACEA


Depuis son introduction en 2002, la phanérogame marine exotique Halophila stipulacea s’est propagée rapidement dans les Caraïbes orientales, formant des prairies denses dans les zones d’alimentation de tortues vertes (Chelonia mydas).

Une étude récente conduite sur l’île de Bonaire (Antilles Hollandaises), dans la région de « Lac Bay », montre que le comportement des tortues vertes a changé après l’introduction de l’espèce exotique en 2010. Les observations de terrain et d’images satellites prises au cours des quatre dernières décennies ont mis en évidence l’émergence de nouvelles zones de pâturage. La lisière entre les herbiers pâturés et non pâturés s’est ainsi déplacée vers des zones moins profondes à Thalassia testudinum, la phanérogame marine indigène. Des expériences de préférences alimentaires ont montré que les tortues vertes broutaient préférentiellement l’espèce indigène, laquelle a des valeurs nutritionnelles significativement plus élevées que l’espèce exotique. Dans le même temps, des expériences d’exclusion ont montré que les herbiers à H. stipulacea poussaient plus vite dans les zones broutées que dans celles non broutées. H. stipulacea a connu une expansion importante, passant de 6% à 20% d’occurrence entre 2011 et 2017, envahissant 29 nouveaux sites.  Pendant la même période, l’occurrence de  T. testudinum a diminué de 33%.

Ces résultats originaux démontrent le rôle de la Tortue verte dans l’expansion spatiale de l’espèce envahissante H. stipulacea

 
 

BREVE : UN PYTHON RETICULE DECOUVERT EN NOUVELLE-CALEDONIE  


Un Python réticulé de 4 m et pesant 26 kg a été découvert en Province nord de Nouvelle-Calédonie, dans la région de Voh.
 
 
 

LA SYNTHESE DE LA STRATEGIE DE LUTTE CALEDONIENNE CONTRE LES ESPECES EXOTIQUES ENVAHISSANTES


Cette synthèse a pour objectif de porter à la connaissance des Calédoniens et des voyageurs les actions prioritaires développées sur le territoire et l’urgence à se mobiliser et à agir ensemble contre ces menaces majeures pour le pays.
 
La version WEB comporte 14 liens hypertextes, notamment vers le document cadre mis à jour de la stratégie, la page de la DAVAR dédiée aux particuliers, voyageurs et plaisanciers, l’arrêté du Gouvernement relatif aux conditions d’importation des produits à risque, les codes de l’environnement des 3 provinces, le poster illustré des 70 EEE classées prioritaires et le site du CEN. 
 
 
 

35 RETOURS D'EXPERIENCES DE GESTION A DECOUVRIR 


L’UICN France et l’Agence française pour la biodiversité publient un nouveau recueil de trente-cinq retours d’expériences de gestion d’espèces exotiques envahissantes. Fruit des travaux du groupe de travail national « Invasions biologiques en milieux aquatiques », cette publication a mobilisé plus de cinquante contributeurs.
 
Fort du succès rencontré par les deux premiers volumes publiés en 2015 et de la dynamique enclenchée, ce nouveau volume offre un recueil supplémentaire de retours d’expériences originaux portant sur vingt-et-une espèces, dont certains conduits en outre-mer (La Réunion, Guadeloupe, Saint-Pierre et Miquelon). Chaque retour d’expérience apporte des informations sur la structure impliquée, le site d’intervention, et l’intervention elle-même (méthode, calendrier, résultats, bilan technique et financier, valorisation des actions, documentation, etc.). 

Depuis début 2018, un effort particulier de compilation de retours d’expériences de gestion en outre-mer, incluant les milieux terrestres,  a été engagé dans le cadre de l’initiative afin de valoriser progressivement les expériences ultramarines auprès de tous les acteurs nationaux. 
 
Pour en savoir plus:
 
 

L'UICN PUBLIE UN GUIDE SUR LA GESTION DES ESPECES EXOTIQUES ENVAHISSANTES DANS LES ILES


Développé dans le cadre du projet Inva’ZIles, coordonné par l’UICN et soutenu par la Commission européenne, ce nouveau guide propose des lignes directrices pour la gestion des espèces envahissantes sur les îles et la planification des actions.
 
Ces lignes directrices s’adressent aux petits États insulaires en développement, à leurs partenaires régionaux et internationaux et à toutes les îles du monde. Le guide ne propose pas de recettes « clés en main » mais accompagne les gestionnaires et les décideurs dans leurs prises de décisions et dans la définition des priorités d’actions.
 
Alors que de plus en plus de stratégies contre les espèces envahissantes émergent, l’ouvrage rappelle l’importance de s’assurer que les plans d’actions et le choix des actions à mettre en oeuvre soient avant tout réalistes pour atteindre les objectifs fixés.

Pour en savoir plus:
Télécharger la publication : en anglais ; en français
 
 

LA GUERRE DES FOURMIS : UNE BANDE DESSINEE A DECOUVRIR


Parmi les 12 000 espèces de fourmis recensées à ce jour, certaines intéressent tout particulièrement les chercheurs. Ces fourmis dites « envahissantes » battent tous les records mais surtout elles représentent un grand danger pour les écosystèmes et pour l’Homme. Cette bande dessinée vous propose de partir à la découverte de ces petites bêtes fascinantes et dangereuses.

Elle est basée sur des études scientifiques réalisées entre 2009 et 2018 au Laboratoire d’Écologie, Systématique et Évolution de l’Université Paris Saclay, notamment lors de stages d’études et de thèses financées par le DIM Astréa de la Région Ile-de-France, par l’INRA, par le programme Européen Biodiversa, le programme ANR Invacost et par le programme Climate Initiative de la Fondation BNP Paribas.

La création de cette bande dessinée a été financée par la fondation Gecina, l’INRA et la Diagonale Paris-Saclay.

 
 
 
 Publications, rapports et lettres d'informations
 

Publications et rapports
 
Graham, N. A., Wilson, S. K., Carr, P., Hoey, A. S., Jennings, S., & MacNeil, M. A. (2018). Seabirds enhance coral reef productivity and functioning in the absence of invasive rats. Nature, 559(7713), 250. Lien
 
IUCN (2018). Guidelines for invasive species planning and management on islands. Cambridge, UK and Gland, Switzerland: IUCN. viii + 40pp. Lien

Justine, J. L., Winsor, L., Gey, D., Gros, P., & Thévenot, J. (2018). Giant worms chez moi! Hammerhead flatworms (Platyhelminthes, Geoplanidae, Bipalium spp., Diversibipalium spp.) in metropolitan France and overseas French territories. PeerJ, 6, e4672. Lien

 
Marjolijn J. A. Christianen et al. Megaherbivores may impact expansion of invasive seagrass in the Caribbean, Journal of Ecology (2018). DOI: 10.1111/1365-2745.13021. Lien
 

Meyer J. Y., Strasberg, D., Vidal, É., Muller, S., Delnatte, C., & Jourdan, H. (2018). Quelle stratégie de recherche pour une meilleure conservation de la biodiversité terrestre dans les îles tropicales ultramarines françaises?. Naturae, 2018(2), 15-26. Lien

 
Sarat E., Blottière D., Dutartre A., Poulet N. et Soubeyran Y. (2018). Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques : connaissances pratiques et expériences de gestion (bis). Volume 3. Agence française pour la biodiversité. Collection Comprendre pour agir. 212 pages. Lien

Udo, N., Darrot, C., & Atlan, A. (2018). From useful to invasive, the status of gorse on Reunion Island. Journal of Environmental Management. Lien
 

 

Lettres d'information

Groupe de travail national IBMA : numéro 23 - juillet 2018
 
Pôle EEE du CEN Nouvelle-Calédonie : mai 2018

Conformément à la loi RGPD mise en application à compter du 25 mai 2018, vous disposez d'un droit d'accès de rectification, d'effacement et d'opposition aux informations personnelles vous concernant, que vous pouvez exercer auprès de communication@uicn.fr 
 
Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations de notre part par email, vous pouvez vous désinscrire ci-dessous.