Lettre d'éveil dimanche le 28 mars 2010

 
Bonjour à tous
Aujourd’hui j’aimerai vous parler de la tolérance

La tolérance est un mot qui confronte d’entrée les êtres, car tolérer ne veut pas dire accepter. Tolérer une chose est assez humiliant pour un être qui ne se sent pas à la hauteur d’une situation, qui se sent obligé, cela dégénère en colère et en vengeance un jour où l’autre.
 
La bonté d’un être n’a pas à être de la tolérance, mais une acceptation par la connaissance, ce qui est  bien plus valorisant pour la personne qui est confronté a la tolérance.
 
Vouloir être tolèrent est bien, mais sans une véritable connaissance du sujet la tolérance n’est qu’un mot qui va dégénérer un jour ou l’autre. Imaginez-vous face à une chose ou un événement qui vous fait peur, ou bien que vous avez en horreur, et une personne vous dit que vous devez la ou le tolérer, que devenez-vous ! Impatient ! En colère ! Ou frustré !  Ou peut être les trois ensembles.
 
Si vous avez la connaissance de cette chose ou de cet évènement, vous serez capable de l’accepter et de la ou le dépasser avec compréhension, sans vous sentir obligé. Vous saurez  quelle attitude prendre et vous en sortirez valorisé au lieu d’en être humilié. Une grande différence ne croyez-vous pas.
 
La responsabilité de chacun de nous implique la compréhension des choses qui nous entourent, sans peur ni colère. La peur  est  une fuite et la colère est un signe d’impuissance et d’incompréhension. Peut être serait il mieux d’apprendre avant d’être obligé d’avoir de la tolérance.
 
Le monde d’aujourd’hui parle beaucoup de tolérance mais jamais de connaissance. Il serait peut être préférable de donner la connaissance au monde au lieu de lui demander d’être tolèrent. Le résultat serait certainement plus agréable, plus enrichissant et valorisant, que de lui imposer la tolérance.
 
Dans tous les pays ou vous avez entendu parler de tolérance que c’est-il produit ? Des rébellions, des guerres, des génocides et j’en passe. Mais aujourd’hui le monde parle encore de tolérance. Vous devez être de bonnes personnes, vous devez accepter ce qui vous est demandé ou…imposé, le contraire n’est pas acceptable pour la société ! C’est ce que vous entendez trop souvent n’est ce pas !
 
Ce que le monde en général devrait faire : c’est acquérir la connaissance de tout ce qui lui est demandé de tolérer. Vous ne le croyez pas possible ? Si bien sur, si vous arrêtez d’avoir peur, peur des autres, peur de ce que vous ne connaissez pas, peur de la différence, et peur tout court. Apprendre a dépasser ses peurs est un travail que chaque être humain doit faire pour vivre en paix et en harmonie avec le monde, la nature, et tous les êtres qui peuplent la terre. Vous voulez la paix en tolèrent tout ce qui vous est imposé ? C’est impossible, mais si vous avez la connaissance de ces mêmes choses, alors l’acceptation sera totale et instructive pour tous. La sagesse découle de la connaissance et non de la tolérance.
 
Apprenez à vous connaître comme vous êtes, a vous aimez comme vous êtes et le monde n’aura plus jamais besoin de tolérance, mais d’amour.
 
Avec amour je vous souhaite une excellente fin de semaine.
Francine      

 

 
Message des étudiants
 
Message reçu le 18 mars :  Sylvaine
 
Aller vers l’occasion de grandir.  Faites les efforts nécessaires et continuer de vous recueillir dans votre Présence, votre seul salut.  De plus en plus, il vous est demandé de vous joindre à votre Présence et de lui donner la première place car c’est Elle qui doit complètement diriger votre vie.  Soyez patient avec elle et reconnaissant.  Prenez le temps chaque jour de vous recueillir et de vous unir à elle.  Elle ne demande que cela, la reconnaître définitivement et s’unir avec elle.
 
Vous savez, les temps deviennent de plus en plus difficiles et de plus en plus perturbateurs.  Les évènements arrivent de plus en plus vite et vous secouent plus rapidement.  Demandez à votre Présence de vous accompagner dès votre lever le matin et donnez-lui la place qui lui revient.  Sachez lui tendre la main et continuez ainsi de vivre dans la paix et la tranquillité.  Votre Présence ne demande qu’à être de plus en plus unit à vous.  Accordez vous du temps, accordez lui du temps dans le calme et unissez-vous dans le confort de votre cœur.  Prenez le temps d’être avec elle chaque jour.  Ces moments d’union vous rendront forts et confiants.  Nous sommes là pour vous aider, vous assister et demandez notre aide nous fait grandement plaisir en ces temps perturbateurs.  Demandez aux êtres de lumière de vous aider aussi.  Unissez vous à nous, à votre Présence.  Unissez vous à Dieu votre Père, unissez vous à votre Mère la Terre et soyez ces enfants de la lumière qui vivez pleinement votre vie sur cette planète qu’est la terre.  Soyez heureux et confiants d’être de beaux enfants de la lumière et croyez de plus en plus en vous, en ce que vous êtes venus accomplir.  Soyez heureux de prendre de plus en plus conscience de vous-mêmes, de vos pouvoirs et de votre amour pour vous-mêmes.
 
Négliger pas ces moments de repos et de relaxation avec votre Présence.  Par vos respires, pénétrez en vous-mêmes et allez rejoindre votre Présence qui est là et qui n’attend qu’à s’unir complètement avec vous.  Profitez de chaque instant qui vous est offert pour être en sa compagnie.  Soyez heureux de profiter de ces bons moments avec elle.  Prenez le temps de vivre et d’apprécier ce que vous êtes, ce que la vie vous donne.  Une journée bien remplie avec votre Présence vous apporte d’innombrables cadeaux, paix et sérénité vous accompagnent.  Continuez de faire des efforts, soyez encouragés. 
 
Je suis là pour vous aider, pour vous guider.  Je vous aime.
 
J’ai dit, Seigneur Shananda.
 
 

4 mars 2010
 
 
Bonjour cher enfant de lumière. Merci de prendre la peine de te lever afin de recevoir ce message.
 
Le temps n’est plus au doute, le temps n’est plus à l’indécision, le temps n’est plus à l’inaction. Le temps presse. Tout ce que vous faites, pensez ou dites, doit l’être en conscience et dans la foi qu’il participe au but divin. Votre plus grand travail est d’être ce que vous êtes vraiment au plus profond de vous-même. C’est seulement sur vous que vous avez le contrôle. Le reste ne vous appartient pas. Éclairez comme jamais. Votre lumière ne vient pas d’ailleurs que de vous-même. Soyez incandescent. Votre énergie ne vient pas d’ailleurs que de vous-même. Plus vous travaillerez sur vous-même, plus cela aura de répercussions sur tout ce qui vous entoure. Le reste appartient au reste. C’est en vous sauvant vous-même que vous pourrez sauver les autres. Sachez reconnaître un être qui a besoin d’aide, mais sachez aussi quand le laisser aller à sa propre responsabilité. De grâce, ne gaspillez pas vos précieuses énergies à essayer de sauver celui qui ne veut pas se sauver lui-même. Ne laissez pas une main tendue vers vous vous entraîner dans l’ombre.
 
Cultivez votre joie, cultivez votre foi, cultivez votre amour. Puis, permettez à cette joie, cette foi et cet amour de rayonner autour de vous sans aucune retenue. Prenez le temps qu’il reste pour nettoyer ce qui reste à nettoyer, peaufiner ce qui reste à peaufiner. Nous sommes dans l’attente fébrile et confiante de vous retrouver et nous sommes en permanence à vos côtés afin de vous aider à faire les quelques pas qui vous séparent de votre aboutissement terrestre. À chaque difficulté que vous rencontrez, prenez le temps de vous arrêter, prenez le temps de demander notre aide. Vous n’aurez bientôt plus le temps de revenir en arrière pour réparer des erreurs. Alors, faites-le maintenant, sur le champ, dès que l’occasion se présente.
 
Attendez-vous à des séparations, mais pas dans le sens que vous l’entendez. C’est plutôt une séparation d’énergie. Encore là, ne perdez pas d’énergie à être déçu ou triste, car le choix appartient à chacun, qu’il soit conscient ou inconscient. Le vôtre a été fait depuis longtemps, alors respectez-le et respectez celui des autres.
 
Pour la plupart d’entre vous, tout cela fait encore partie de l’invisible, et votre foi est le seul moteur qui vous fait avancer. Faites-lui confiance et faites confiance à votre intuition. Quand bien même tout cela était faux,  vous auriez tout de même contribué à améliorer le monde dans lequel vous vivez, ce qui serait déjà beaucoup. Mais dites-vous bien que l’invisible est sur le point de devenir visible, même pour ceux qui ne sont pas clairvoyants. Vous comprendrez alors l’importance de tout le travail que vous aurez accompli. La récompense n’en sera que plus merveilleuse, car ce sera une récompense au-delà de ce que vous pouvez imaginer.
 
Vivez dès maintenant dans la joie de la grande fête qui approche.
 
Nous sommes Maître Saint-Germain et Seigneur Sananda.
 

Bonjour chère enfant.
 
Nous voici réunis en ce beau temps de réjouissances.
 
Temps de réjouissances c’en est un, puisque de nous retrouver est une fête à chaque fois.(surtoutque je suis un peu paresseuse pour me lever la nuit!) Saches que nous nous retrouvons souvent! Vous pouvez être fiers de ce que vous faites chaque jour. Chaque petits pas survotre route, laquelle nous parcourons avec vous, est une fête pour nous. De plus, vous nevous en rendez pas toujours compte mais, vous amenez avec vous, dans votre sillage,plein d’autres gens qui s’accrochent à votre lumière. Ça, c’est le travail des étudiants de lalumière.
 
Être ce que Je Suis à chaque instants sans peurs et sans reproches.Naturellement, le chemin sera encore long mais non pénible puisque vous êtes tournésvers la lumière et que nous vous accompagnons et vous offrons notre aide à tous instants.Vous êtes bien entourés, dans votre vie de tous les jours et de notre côté, et cela ne peutêtre autrement. Ouvrez les yeux, ouvrez le coeur et sachez prendre la main qui vous esttendue, vous n’êtes jamais seuls. Tout vous ramène jusqu’à nous et nous voyons venir cemoment avec grand bonheur et beaucoup de fébrilité. Il n’est pas si loin le jour où nousserons réunis. Et quelle fête ce sera! Ensuite, nous retrousserons nos manches et noustravaillerons ensemble à aider les autres qui auront choisi une route différente. Nousaurons donc encore besoin de vous mais cela, je suis certain que vous le savez.
 
Je vois envos coeurs la joie de pouvoir mettre la main à la pâte avec tout l’amour dont vous êtrescapable. Nous vous remercions d’être venu à nous, et maintenant, vous pouvez reprendrele repos que vous méritez. En attendant d’être réunis à nouveau, nous vous adombronsd’amour, de puissance, d’abondance et de toute notre lumière.
 
Nous vous aimons profondément.
 
Vos amis dévoués,Maître Saint-Germain et Seigneur Sananda.
4 mars 2010