Délégation de la gauche sociale et écologique
 25 octobre 2019
 
Brexit : un pas en avant, deux pas de côté
Cette semaine, les parlementaires britanniques ont certes accepté d’examiner le projet de loi de mise en application du Brexit, mais ils ont refusé d’accélérer ce processus pour permettre de concrétiser le Brexit au 31 octobre.
 
Extension technique de quelques jours, extension jusqu’au 31 janvier, à ce stade rien n’est décidé. Dans ce feuilleton à rebondissements, tout est encore possible : d’un nouveau referendum à des élections anticipées, en passant par la validation définitive d'un accord difficilement négocié. Quoiqu'il en soit, nous ne tomberons pas dans le piège grossier tendu par le Premier Ministre britannique : nous ne serons pas responsables d'un "no deal".
 
À la fin du processus, le Parlement européen devra approuver cet accord. Notre grille de lecture n’a pas changé : nous voulons préserver la paix en Irlande du Nord, protéger les droits des citoyens européens vivant au Royaume-Uni et ceux des citoyens britanniques installés dans l’Union européenne, faire respecter les conditions financières du divorce et enfin défendre les réglementations européennes. C’est à cette aune que nous jugerons le résultat final.
 
Ensuite viendra le temps de la négociation d’un accord commercial avec le Royaume-Uni : nous refuserons un accord permettant un « Singapour sur Tamise » qui viserait à permettre à ce pays devenu tiers de pratiquer le dumping fiscal, social et environnemental.
 
Bonne nouvelle pour les abeilles !
Nous venons d'obtenir une majorité pour rejeter une proposition facilitant la mise sur le marché de pesticides tueurs d'abeilles.

Les lobbies des industries pétrochimiques voulaient une évaluation light de ces produits, alors que nous, nous nous battons pour l'environnement et la santé des citoyens, et que nous voulons donc des évaluations en profondeur, plus efficaces, afin d’être capables d’évaluer correctement l’effet des pesticides sur les insectes pollinisateurs.
 

 
 
 
Jour de tristesse et de colère au Parlement européen
 
A deux voix près - deux voix sur 751 ! - notre résolution sur la relance des opérations de sauvetage en Méditerranée a été repoussée.
Ce texte changeait la donne: mise en place corridors humanitaires, affirmation du droit inconditionnel de sauver, interdiction du délit de solidarité et de la criminalisation des humanitaires sur tout le continent, mécanismes pérennes de répartitions des exilés sauvés de la noyade,...
 
 
 
 
Directive anti discrimination, quelle issue au bout de dix ans ?
En 2008, la Commission européenne a proposé une directive définissant un cadre pour l'interdiction de toute discrimination fondée sur le handicap, la religion, l’âge ou l’orientation sexuelle. Elle vise à protéger dans toute l’Union les victimes de discriminations. On aurait pu penser qu’une telle directive ferait consensus au sein du Conseil. Pourtant, malgré un vote en commission LIBE il y a plus de dix ans, rien n’a bougé. La présidence finlandaise du Conseil et la future commissaire à l’égalité, Helena Dalli, semblent vouloir que les choses changent. Espérons-le !

 
 
 
 
« Le Green New Deal devra être ambitieux ou ne sera pas »
 
Cette semaine, le Parlement européen a tenu un débat en plénière sur le dérèglement climatique. J’ai profité de cette arène pour rappeler les conditions d’efficacité du Green New Deal. Ce doit être un vrai projet de société, pour les 100 millions de précaires énergétiques sur le continent, les 100 millions de réfugiés climatiques à y venir, pour ceux qui perdent leur emploi. Les objectifs : créer 10 millions d’emplois, atteindre 100 % de renouvelables, éradiquer la pauvreté énergétique, faire de l’Europe le leader industriel écologique. Les moyens : réviser les indicateurs économiques, investir massivement dans mobilité, isolation, renouvelables, biodiversité, chimie verte, mettre la finance au service de l’écologie.
 
 
 
« Nous devons impérativement prendre le temps de négocier un plan d'action focalisé sur le climat et la justice sociale », estime Pierre Larrouturou
Face à l’imminence d’une nouvelle crise financière et au défi climatique, Pierre Larrouturou, nouvel eurodéputé social-démocrate et économiste français, initiateur du'Pacte finance climat', appelle l’Union européenne à retrouver l’audace des pères fondateurs et à prendre le temps d’établir un plan d’action focalisé sur le climat et la justice sociale refondant réellement le projet européen.

 
 
 
 
DANS L'AGENDA

- Lundi 28 octobre :

Intervention d'Aurore Lalucq à l’ambassade de France aux Etats-Unis sur le Green New Deal, avec  Rasmus Andresen et Ben Beachy, Director of the Sierra Club's Living Economy Program.

- Mardi 29 octobre :

Aurore Lalucq rencontrera des ONG et personnalités américaines travaillant à la mise en place d’un Green New Deal aux Etats-Unis : Greg Carlock, Paul Bledsoe (Progressive Institute), John Podesta (Center For American Progress), Joseph Kane (Brookings Institution)…

- Jeudi 30 octobre :

Aurore Lalucq rencontrera plusieurs démocrates américains travaillant à la mise en place d’un Green New Deal aux Etats-Unis (Mike Levin, Jan Schakowsky, Jared Huffman, Jamie Raskin)…
 

 
Délégation de la gauche sociale et écologique
288, boulevard Saint-Germain
75007 PARIS
www.social-ecologie.eu