Lettre d'éveil dimanche le 4 avril 2010
 
Bonjour à tous

Voici une belle histoire pour nos jeunes lecteurs

Je m’appelle Chrystal, je vie dans une petite maison, dans une grande forêt, avec mes parents. Ils ne sont pas riches mais nous ne manquons de rien. Je sors très souvent le matin avec une pomme et un biscuit dans mes poches. Je vais rendre visite à mon ami, c’est  un vieux chêne, dans lequel il y a un grand trou et ou je peux rentrer m’assoir. J’aime beaucoup ce vieux chêne il me parle du monde, des oiseaux, il me raconte des histoires, il est très vieux, donc il sait beaucoup de choses. Aujourd’hui il veut me parler d’un grand pouvoir qui est dans notre cœur.

Le vieux chêne me dit : tu sais Chrystal il existe des choses que tu dois connaitre. Les enfants comme toi doivent savoir, qu’il y a dans leurs cœurs  une lumière, qui brille toujours, même s’ils ne la voient pas, elle est bien là. Cette lumière a beaucoup de pouvoir pour guérir et consoler le monde, les animaux, les fleurs. Si un animal est malade, ou une fleur ou une personne que tu aime bien. Tu peux la guérir, seulement en allant la voir, en la touchant avec douceur et en lui disant que tu l’aime. Elle va ressentir ton amour, et elle va guérir. Les personnes, les plantes et les animaux qui sont malades, le sont parce que personne ne les aime. Alors si toi tu les aime et que tu leur dis, ils vont très vite guérir. Merci vieux chêne, il faut que je rentre, ma maman vat s’inquiéter, mais je reviendrais demain.

Je sors de ma cachette et je reprends le chemin de la maison. Je pense a ce que ma dit le vieux chêne, est ce que moi je peux guérir, hum…Je ne sais pas, mais si j’ai une occasion je vais essayer, ce vieux chêne me dit toujours la vérité.

Je suis le sentier et soudain je vois un oiseau, un beau geai bleu qui ne peu pas voler, je m’approche de lui, je le touche, il veut se sauver mais il a mal a son aile, si je le prends est ce que je peux l’aider…alors je ramasse le geai bleu et je le tiens dans mes bras, mais soudain une petite lumière apparaît vers mon cœur. Est ce que c’est la lumière dont m’a parler le vieux chêne, je pense que oui. Alors j’observe cette lumière, j’aime cet oiseau et je veux qu’il s’envole. Qu’elle n’est pas ma surprise quand la lumière grandit, de voir l’oiseau bouger ses ailes, je l’aime encore plus fort, et bientôt la lumière et si forte qu’elle m’entoure complètement, c’est beau j’ai plein d’étoiles dans ma tête. J’aime cet oiseau, j’aime mon ami le chêne et j’aime tout le monde. Soudain l’oiseau se débat, j’ouvre mes bras, et je vois l’oiseau s’envoler. Je rie je chante, merci, merci, je vous aime tous.

Maintenant il faut que je rentre et que je raconte tout cela à maman, vat elle me croire ? Je ne mens jamais, donc elle devrait me croire. En arrivant a la maison je parle si vite que maman me dit : reprends ta respiration tu vas t’étouffer. Elle me dit aussi : je sais que le cœur d’un enfant a beaucoup de pouvoir s’il aime vraiment, malheureusement quand les enfants grandissent les adultes leur font oublier leur cœur d’enfant. C’est pour cela qu’ils n’ont plus ce pouvoir. Toi ma fille chérie n’écoutes jamais les adultes et garde toujours ton cœur d’enfant,  tu pourras guérir tous ceux qui en auront besoin.
C’est l’heure d’aller au lit, je vous aime, je vous dis bonne nuit. A votre tour asseyez de faire comme moi, c’est possible je l’ai fais.

Chrystal