Cliquez ici pour voir cet e-mail dans votre navigateur                                      Parle ta part, je parle ma part...!
Février 2014                            Contact    S'inscrire à la lettre d'infos     Transférer cet e-mail à un ami  
À PROPOS :
Le "Gaulois railleur", est la lettre d'informations des couples mixtes, elle n'a pas pour vocation de dénigrer ou stigmatiser quelques populations que ce soient. Ce qui est publié via cette lettre d'informations est en conformité avec notre liberté de penser et la liberté d'expression. Il est à retenir que le seul fait d'évoquer et analyser des phénomènes sociaux ou culturels ne constitue pas en soi une atteinte à l'intégrité des personnes ou à l'incitation à la haine raciale. Avec un peu de réflexion, on comprend aisément que pour aider les couples mixtes  il faut apporter des informations réelles, et ne surtout pas ignorer les plus dérangeantes, comme les différences culturelles, les éventuelles arnaques, il faut impérativement que chacun soit informé sur le parcours avant et parfois les galères après le mariage, surtout ne pas se voiler la face.

Flashez notre QR code

 
Partager sur les réseaux sociaux

 
 
Le Gaulois railleur ©
N°1 février 2014
Responsable de la publication :
Christian ROCHER
 
NOUS REJOINDRE
 
Vous vous sentez concerné par le sujet des mariages mixtes, vous avez le sens de la réflexion, le sens de l'analyse et des sujets vous tiennent à coeur, vous avez donc envie de partager votre analyse sur un sujet précis en relation avec les couples mixtes, vous pouvez fort bien nous contacter, nous apprécierons à sa juste valeur votre demande, votre sujet pourra être publié sur cette lettre d'informations soit de façon anonyme, soit revêtu de votre signature.
Pour que votre article ait toutes les chances d'être publié, il devra respecter notre charte éditoriale,
Il ne devra pas : porter atteintes à l'honneur des personnes, ne pas inciter à la haine raciale, respecter l'anonymat des personnes, s'appuyer sur des faits réels et non imaginaires.
Pour toutes informations, ne manquez pas de nous écrire.
 
 
Transfert d'argent, 
 tout n'est pas permis !

Il faut savoir que l'utilisation du western union ou autre société de transfert d'argent vers l'international est soumis à quelques règles de bonne conduite. Si l'argent que vous envoyez au pays est issu de revenus légaux ayant été déclarés en France, vous ne risquez pas grand-chose sur le fond, sauf si vous investissez dans des sociétés ou dans l'immobilier au pays, l'état français sera alors en droit de se poser des questions et peut-être vous réclamer sa part si vous faites des plus values non déclarées. En revanche, si l'argent que vous transférez est issu de travail non déclaré plus communément appelé travail dissimulé ou au noir, ou alors d'activités douteuses, les transferts peuvent alors s'apparenter à une pratique de blanchiment d'argent, c'est réprimé par la loi. Il faut savoir que le ministère français des finances dispose d'une cellule spécialisée appelée "TRACFIN" (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins). Ce service peut sur signalement des services bancaires ou sur simple dénonciation au procureur de la république, enquêter sur vous, votre famille et chercher à déterminer la provenance des sommes envoyées au pays, ce sera alors à vous d'apporter la preuve que l'argent envoyé est issu de sommes déclarées.En France, le blanchiment est réprimé par l'article 324-1 du Code pénal qui prévoit une peine de 5 ans de prison et 375 000 euros d'amende. Cette sanction peut être aggravée dans certains cas. La peine est par exemple portée à 10 ans d'emprisonnement et 750000 euros d'amende dans deux cas : lorsque le blanchiment est commis de façon habituelle ou en utilisant les facilités que procure l'exercice d'une activité professionnelle et lorsqu'il est commis en bande organisée. 
 
Bon à savoir :

Reconnaissances d'enfants.
Reconnaître un enfant étranger qui n'est pas le vôtre, peut vous pénaliser d'une pension alimentaire en cas de divorce, étant donné que par cette reconnaissance, vous devenez le père officiel de l'enfant. De même que cet enfant aura des droits sur vos biens lors de la succession au même titre que vos enfants issus d'un premier lit si vous en avez.
Y penser avant de vous engager est primordial.
 
 
Notre nouveau logo
 
 
 
 
Téléchargez notre toolbar
Au sujet de l'association :
Je vous informe que l'association à changé de nom, elle s'appelle désormais Association "Le Klaphouck" suite à notre dernière A.G  du 07 février 2014. "Le Klaphouck", voulant littéralement dire en flamand : "le coin ou on parle, en clin d'oeil à mon Woesthoek natal, région transfrontalière belgo-française du département du Nord, voir notre nouveau logo . L'objet associatif a été modifié, mais ne changera en rien la démarche que nous avons depuis 2004 avec le site et 2006 pour l'association, notre volonté d'aider les couples mixtes reste inchangée, cependant divers facteurs font que nous devons apporter une complémentarité à notre champs d'action, c'est à ce niveau que le changement a été effectué, nous ne prenons plus de cotisations non plus. Aussi, devant le manque d'implication des couples mixtes, nous avons cessé nos interventions devant les consulats ou le parquet de Nantes, le constat laisse aussi apparaître que la solidarité africaine est inexistante une fois les couples unis et réunis, chacun vit pour soi, c'est pas anormal d'ailleurs, mais le pire est que mon activité associative pique le cul à certaines personnes, la critique est incessante, pourtant je fais de cette activité un loisir à domicile comme d'autres jouent au foot, au rugby ou autres sports à l'extérieur. Étrangement, ces mêmes personnes qui critiquent mon investissement à aider les gens, ont eux même des membres de leurs familles à l'affût et bénéficiant des dons des services sociaux et/ou des associations caritatives, forcément recevoir et plus facile que de donner ! Vive la solidarité de l'état français ! "Drôle d'époque ou mentalité opportuniste " il est vrai aussi que le français à l'art de se faire entuber, mais chacun jugera en son âme et conscience. Donc, mon côté militant a été quelque peu chahuté, mais, j'ai pris le temps d'analyser la situation et ce recul m'a permis de constater que s'avouer vaincu ferait sourire jusqu'aux oreilles les torpilleurs de santé mentale, donc je suis la, debout, droit comme un i et fidèle à mon éducation militante et à l'esprit de solidarité. Il est important pour moi de préciser que le site www.mariagemixte.com sera toujours mis à jour, cependant, j'informe que je ne fais plus de courrier et je donne plus de conseils personnalisés, néanmoins, vous pouvez me solliciter, des réponses se feront par le biais du site ou sur cette lettre d'informations. De même que vous pouvez continuer à me décrire vos problèmes de parcours ou de différences culturelles, bien évidemment, vos récits seront toujours sous couvert d'anonymat, aucun nom ou prénom ne sera cité, pas même d'ailleurs la ville de résidence.
Enfin, j'ai consacré le premier numéro de cette nouvelle infolettre à un phénomène récurrent, l'attitude ignoble de certains ressortissants camerounais, hommes et femmes confondus, des mariages faits dans le seul but de migrer, ces personnes se moquant sans scrupule des sentiments des Français par leurs agissements. En 2009, j'avais promis à une personne d'évoquer ce sujet sensible et douloureux, des Camerounaises prêtes à se marier avec des vieux Français ou des handicapés à des fins inavouables. Je ne veux certainement pas dire que la majorité des Camerounaises agissent de la sorte, mais le constat met en évidence que le phénomène prend une ampleur impressionnante, et mérite  d'être dévoilé. J'ai également et personnellement entendu des choses horribles de la part de belles mères camerounaises qui soudainement après que leurs filles ont des situations stables trouvent que leurs gendres ne correspondent plus aux standards de leurs filles, ils sont devenus subitement trop vieux ou trop moches pour celles-ci !
  ,                                                       À très bientôt
                                                           Votre dévoué
 
Paie ta part, je paie ma part...
"Non mais allo quoi !"
C'est de façon assez courante qu'il est évoqué que le conjoint étranger ne participe pas aux charges du mariage. Si de prime abord, il est impossible pour lui de payer quoi que ce soit dès son arrivée en France, il conviendra de rétablir la balance "si tel est votre choix" dès que votre conjoint gagnera de l'argent.
Ce débat ne devrait pas avoir lieu étant donné qu’au regard de l'article 212 du Code civil , les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance.
Donc, madame et monsieur s'acquitteront équitablement selon leurs ressources du : Loyer, factures diverses (eau, gaz, électricité, téléphone, assurances), nourriture, vêtements, charges inhérentes à l'éducation des enfants, vacances, loisirs, etc. Il n'y a pas de dérogation à cette règle, même pour les couples mixtes !

L'article 213 du code civil précise que : les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l'éducation des enfants et préparent leur avenir.

L'article 214 du Code civil est assez clair aussi et stipule : Le mari est obligé de fournir à la femme tout ce qui est nécessaire pour les besoins de sa vie selon ses facultés et son état. 
Sur les biens dont elle a l'administration, la femme doit contribuer proportionnellement à ses facultés et à celles de son mari tant aux frais du ménage qu'à ceux d'éducation des enfants communs, sauf dans les cas prévus aux articles 1537 ou 1575, où la contribution de la femme est fixée sur les bases en ces articles.
Faute par l'un des époux de remplir son obligation, l'autre époux pourra obtenir du juge de paix l'autorisation de saisir-arrêter et de toucher des salaires, du produit du travail ou des revenus de son conjoint une part proportionnée à ses besoins.
Les époux seront appelés devant le juge de paix par une lettre recommandée du greffier indiquant la nature de la demande.
Ils devront comparaître en personne, sauf en cas d'empêchement absolu et dûment justifié.
La signification du jugement par l'époux qui l'aura obtenu à son conjoint et aux tiers débiteurs lui vaut par elle-même attribution des sommes saisies.
Les jugements ainsi rendus seront exécutoires par provision nonobstant opposition ou appel.
Une nouvelle décision peut toujours être provoquée si un changement des situations respectives le justifie.
 
L'article 223 toujours du même Code civil prévoit lui : Chaque époux peut librement exercer une profession, percevoir ses gains et salaires et en disposer après s'être acquitté des charges du mariage.
 
Partant de ce qui précède, chacun comprendra que les charges du mariage, (factures, loyers, nourriture et éducation des enfants) sont à partager par les deux conjoints, aucun ne peut déclarer être indépendant aux regard de ces charges fixes.

Trop de conjoints de français se plaignent des abus de leurs épouses camerounaises, des abus qui se transforment souvent en véritable harcélement financier, qui pourrait laisser entrevoir un mariage .
Les envois d'argent au pays doivent se faire uniquement une fois que toutes les charges liées au foyer conjugal en France sont acquittées, il apparaîtrait anormal de déshabiller Pierre pour habiller Paul.
Si vous voulez plus d'informations, vous pouvez consulter cette page de mon site 
 
Perte de la nationalité française.
Article 26-4 du Code civil
L’enregistrement de la déclaration de nationalité peut être contesté par le ministère public, dans un délai de deux ans à compter de la date à laquelle il a été effectué s’il apparaît, après cet enregistrement, que les conditions légales n’étaient pas remplies.
La nationalité française acquise par mariage peut être contestée par le Procureur de la Répulique en cas de mensonge sur un précédent mariage non dissolu ou fraude à l’état civil (C. civ., art. 26-4, alinéa 3).
Aussi, selon ce même Code civil, la cessation de la vie commune dans les douze mois suivants l’enregistrement de la déclaration vaut présomption de fraude (procédure de divorce engagée entre la souscription et l’enregistrement de la déclaration de nationalité ; cessation de vie commune dès la nationalité française acquise ; abandon du domicile conjugal.
 
 
Cybermigration camerounaise.
Source : © www.ceafri.org
Les dynamiques migratoires féminines s’inscrivent dans un contexte marqué par les migrations mondialisées. Brice Arsène Mankou, chercheur-doctorant, analyse l’impact de cette dynamique migratoire nouvelle.

Migration et mondialisation : Les dynamiques migratoires féminines s’inscrivent dans un contexte marqué par ce que certains ont appelé, les migrations mondialisées. Si dans le passé, les femmes migraient en tant qu’épouses, aujourd’hui, les migrations féminines africaines s’inscrivent dans des logiques individuelles et d’entraide familiale.

Femmes migrantes, actrices économiques : Les femmes migrantes représentant « une sécurité sociale, financière et matérielle ». De plus en plus de femmes migrent en voulant devenir actrices de leur propre destin. Le cas des Camerounaises est une parfaite illustration avec la « cybermigration maritale » que nous pouvons définir comme une forme de « migration socio-économique » légale qui intéresse, en Afrique Centrale, les femmes confrontées aujourd’hui à la pauvreté et la misère. Dès lors, on peut dire que les stratégies migratoires mises en œuvre par ces Camerounaises sont destinées à fuir la misère dans ce pays d’Afrique centrale où près de la moitié des femmes vit dans la pauvreté.
 
La violence des camerounaises...!
Ça vous parle ?
Les hommes n’ont pas le monopole de la violence, il y en a qui sont victimes de la violence de la part de leurs épouses. Le caractère violent des femmes camerounaises se découvre avec le temps, en effet, aucun homme ne prendrait le risque d’épouser une femme violente. Dans le cas où la femme a pu dissimuler son mauvais caractère et a pu séduire l’homme et l’amener au mariage, on est en droit de parler de dol, c’est-à-dire d’un mensonge grave sur une vérité essentielle pouvant influencer le consentement. La victime peut alors introduire une requête auprès des tribunaux pour demander la nullité du mariage, article 180 du Code civil. Que ce soit des violences physiques, verbales ou pschycologiques, celles-ci peuvent mettre en danger votre santé mentale ou physique vous pouvez demander la nullité du mariage.
 
© Le Gaulois railleur, est une marque et la lettre d'informations de www.mariagemixte.com  ~ Contact