WF Newsletter
 
C'était vers juillet 2012

 

Du concours invisible

En se basant sur le fait que les concours mensuels attirent assez peu de participants, nous avons décidé d'organiser un concours différent, de par sa nature invisible. Le principe est simple : en date du 10 juillet dernier, nous vous transmettions un mail invisible que beaucoup d'entre vous n'ont sans doute pas pris le temps de lire. Nous y expliquions que la vie quand même, que parfois il faudrait, que malgré tout dans certains, et qu'après tout, pourquoi ne. Depuis le début du concours, nous nous étions préparés à recevoir peu de réponses. Et, jusqu'aux jours récents, nous commencions à désespérer, quand un message nous parvint enfin. Ce fut aujourd'hui même. Au coin d'une phrase, le fameux Nicolas P. - perdant notoire des concours précédents - me posa la question : "Au fait, tu fais plus de concours ? J'en ai raté un ? Ben alors ?" Et bien si, Nico. Justement, tu viens de remporter un lot dont le contenu fut établi en juillet, à l'attention de celui ou celle qui m'interrogerait à ce sujet : un flacon d'eau de pluie du 13 juin, la recette de la dorade aux amandes, le livre Etonner les dieux, de Ben okri, ainsi que cent euros, sous forme de billets de banque, à donner aux pauvres. Voilà.

N'essaie pas de comprendre

 "Etonner les dieux est un livre à part dans l'oeuvre de Ben Okri. Il s'apparente plus au conte de fées qu'aux romans "réalistes" auxquels nous a habitués l'auteur de La route de la faim. L'histoire raconte le périple d'un homme, né invisible, en quête du secret de l'invisibilité. Après avoir voyagé pendant sept ans, il arrive dans un port mystérieux, dans une île qui ne l'est pas moins. Il entreprend la traversée d'une ville qui semble déserte. Mais, à chaque étape de ce voyage initiatique, il devra triompher d'une épreuve, aidé par un "guide" mystérieux et invisible. La porte de la ville, le pont au-dessus d'un précipice, la place centrale de la ville, la tentation de l'amour charnel sont autant de "passages" où tout ce qui appartient au monde ordinaire et "visible" est banni. Etonner les dieux est une fable moderne, une façon de comprendre qui nous sommes et comment notre recherche d'identité modifie nos perceptions et nos actes. Ce texte lumineux comblera les lecteurs qui aiment les contes et les mythes."
Olivier
www.whiteflag.fr